Une sur vingt-quatre: ça va

Après un deuxième jour de pleine pluie et toujours sans constater de dégâts notables sur les légumes en place, j’ai commencé à y croire.

Peut-être les limaces n’éprouvent-elles plus – fièvre printanière calmée – le besoin de grimper et de dévorer, d’annihiler toutes les tendres pousses?

J’ai osé planter de toutes petites salades. Sans protection autre qu’une prière.

Vingt-quatre mini-plantons, tout juste quatre feuilles, si fragiles, si délicats… ne demandant qu’à grandir. Dispersés sur plusieurs platebandes, pour éviter une éventuelle destruction de masse.

Bilan le lendemain matin: une pousse volatilisée, une autre légèrement touchée… C’est tout.

Ça va.

Deuxième nuit sans protection: un troisième planton disparu, un quatrième gouté.

Ce n’est encore pas trop grave, mais… à raison d’une saladinette par jour, on n’aura jamais de salade si je n’agis pas.

Aujourd’hui, c’est donc pose de pièges. En plus d’une nouvelle prière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *