Nan, c’est pas une gastro

Je fais une fixation sur les limaces, moi?

Oui.

La canicule – et donc la sécheresse – annoncée pour quelques jours encore est un signe: il va re-pleuvoir un jour prochain, c’est sûr.

Je sens qu’elles sont là, quelque part dans les champs, prêtes à bondir dès que l’humidité reviendra, affamées parce que retenues depuis des semaines dans leurs terriers tout secs. Je dois affiner mes stratégies.

« Arrête de te prendre la tête et mets des granulés », me souffle-t-on.

Oui. Mais non.

La substance active des granulés antilimaces et escargots, du phosphate de fer, acceptée en agriculture bio, est dite « naturelle » parce que déjà présente dans le sol, qu’elle ne pollue donc pas; elle n’est toxique que pour les limaces (et les escargots) et n’aurait pas trop d’impact sur les autres animaux qui en ingéreraient – c’est écrit sur la boite. Son mode d’action: elle bloque la digestion de la limace qui, pensant qu’elle a une simple gastro, rentre chez elle pour se soigner mais y meurt, seule, loin de tout. Avantage: on ne voit rien, on n’entend rien, on ne sait rien.

Mais lorsqu’on sait… on sait. Après avoir vu l’effet que les granulés ont sur l’escargot, on sait. Comme la limace, il pense avoir une simple gastro et rentre aussi chez lui pour se soigner, pas sous terre, lui, mais dans sa coquille, simplement (juste là! entre mes pieds!!). D’où vont s’échapper les écumes, les gargouillis infâmes de son agonie.

Ce n’est pas beau.

J’ai vu, je ne peux plus m’en fiche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *